VIDEO Valérie Pécresse: cette phrase sexiste de Dominique de Villepin qui l'a choquée

Invitée sur le plateau de C à vous, ce jeudi 14 novembre, Valérie Pécresse - la présidente de la région Ile-de-France - est revenue sur la vilaine phrase de Dominique de Villepin qui l'a particulièrement marquée.

Valérie Pécresse ne veut plus se taire. Dans son livre, Et c'est cela qui changea tout, co-écrit avec Marion Van Renterghem, la présidente de la région Ile-de-France vide son sac. Alors que de nombreux mouvements visent à dénoncer le sexisme ambiant dans nos sociétés occidentales, Valérie Pécresse revient sur son parcours dans le monde impitoyable de la politique. Un parcours au cours duquel elle a dû surmonter de nombreux obstacles, mais aussi grâce auquel elle a pu vivre de véritables moments d'émotion. Comme ce jour où Nicolas Sarkozy l'a «décontenancée» après lui avoir adressé de tendres paroles. Voilà pour le bon souvenir. En revanche, s'il y en a un qui n'a pas laissé un joli souvenir dans l'esprit de Valérie Pécresse, c'est Dominique de Villepin.

Pas de «femmes normales» en politique ?

Invitée sur le plateau de C à vous ce jeudi 14 novembre, Valérie Pécresse est revenue sur un passage de son livre dans lequel elle se souvient d'un face-à-face musclé avec Dominique de Villepin. Il s'agissait alors d'un entretien d'embauche pour un poste de conseillère au sein du gouvernement de Jacques Chirac. «Il me reçoit la première fois, il me dit "Est-ce que vous avez bien conscience que vous êtes favorite pour le poste uniquement parce que vous êtes une femme ?'» se souvient Valérie Pécresse. Pas de quoi désarçonner la présidente de la région Ile-de-France, qui n'a rien laissé paraitre. Sauf que Dominique de Villepin a continué de plus belle : «Vous ne ferez jamais de politique, il n'y a pas de femmes normales en politique, il n'y a que des névrosées» lui aurait-il lancé. Pourtant, si cette anecdote peut en choquer plus d'un, encore plus dans le contexte actuel, Valérie Pécresse ne s'en étonne pas : «Pour ceux qui le connaissent c'était de la provocation. C'était pour me dire finalement, "quand vous faites de la politique, il faut tout perdre, il faut perdre son mari, il ne faut pas avoir d'enfants.'» Par chance, Valérie Pécresse n'a pas fait cas de ces avertissements emprunts de sexisme.

Nous vous recommandons