Vikings : la fin de la saga

La sixième et ultime saison démarre jeudi 27 février à 21 heures sur Canal+. Meilleure que la précédente, elle clôt son intrigue et solde brillamment le destin de ces personnages.

Rien n'arrête les peuples conquérants. Ni la guerre, ni la tempête, ni la souffrance, ni la peur, ni la maladie. Dans certains cas, pas même la mort... Ainsi en va-t-il de Vikings , la série créée par Michael Hirst pour la chaîne câblée américaine History Channel en 2014, qui depuis 6 ans, soit 6 saisons, va toujours plus loin dans l'exploration de toutes les formes de violence sur fond de fantaisie historique. Les saisons 1 à 3 étaient portées par la nouveauté, la curiosité du téléspectateur pour une période mystique et méconnue de l'histoire de l'Europe, par quelques beaux personnages et par le sublime des paysages scandinaves. La saison 4 - cap difficile à franchir pour nombre de séries, d'autant plus difficile ici que portée de dix à vingt épisodes - a commencé de s'essouffler, faisant, de fait, place à une explosion de violence. La saison 5, ponctuée de quelques très belles scènes mais dépourvue d'un vrai scénario, a tourné à la sanglante mascarade, façon jeu vidéo. Qu'en sera-t-il de la saison 6, annoncée comme la dernière, à suivre sur Canal+ dès jeudi 27 février?


Conscient de la baisse de qualité de son récit, alors même que le matériau reste d'une très grande richesse tant sur le plan historique que fictionnel et iconographique, le créateur et auteur Michael Hirst a promis un retour aux sources-mêmes de l'histoire de ce peuple conquérant autour d'une arche narrative qui, sans rompre avec l'intrigue qu'il déroule depuis le départ, serait plus fine et plus écrite. Un peu moins de jeux de massacre, un peu plus de vrais dialogues, un peu plus d'événements construits et des destins qui se soldent, fin de partie oblige. Elle a pour point de départ le retour de Bjorn Lothbrok (Alexander Ludwig), fils du grand Ragnar et de son épouse Lagertha (Katheryn Winnick), sur le trône de (...)

Nous vous recommandons