«Vos leçons, j'en ai rien foutre»: Thierry Ardisson répond Charline Vanhoenacker

VIDEO - L'animateur de 70 ans était mardi matin l'invité de Léa Salamé sur France Inter pour parler de son départ de C8 et se confronter l'humoriste belge qui s'est récemment réjouie de l'arrêt de son émission Les Terriens.

«Je suis ravie que ça s'arrête car c'était très putassier. Il n'y a pas une semaine où on ne s'est pas moqués de lui», a déclaré Charline Vanhoenacker au sujet du talk-show de C8 de Thierry Ardisson dans un entretien publié dimanche dans Le Parisien / Aujourd'hui en France. «Les Terriens comme On n'est pas couché n'existeraient pas en Belgique.» Des propos auxquels l'animateur-producteur n'a pas tardé répondre. Mardi matin 7h50, il était l'invité de Léa Salamé sur France Inter pour une interview, en direct, d'une dizaine de minutes.

» LIRE AUSSI - «Je ne vous oublierai jamais»: clap de fin pour Les Terriens du samedi! de Thierry Ardisson

Face l'humoriste belge, Thierry Ardisson a déploré ces déclarations. «Ce que Charline ne sait peut-être pas, c'est qu'il n'y a pas de quoi se réjouir, ça met cent personnes au chômage», lui a-t-il rappelé. «Comme vous êtes de gauche, j'imagine que ça doit vous embêter beaucoup. Vous aimez les gens et il y a cent personnes qui n'ont plus de boulot.» Pour se défendre, Charline Vanhoenacker lui a rétorqué que le mot «putassier» était un compliment pour lui.


«Pas du tout, pour moi ce n'est pas un compliment. Je vous ai connu beaucoup plus drôle», lui a-t-il répondu, agacé. «Se réjouir de l'arrêt d'une émission qui essaye d'élever un peu le débat, même si ce n'est pas au plus haut niveau, je ne comprends pas... Vous avez essayé de faire de la télévision et ça a duré quinze jours (Je vous demande de vous arrêter sur France 4 en 2015, ndlr). Moi j'en ai fait 34 ans avec un certain succès donc les leçons de Charline, je n'en ai rien foutre.» Léa Salamé a tenté d'apaiser les tensions en rappelant son invité que ces petites phrases piquantes faisaient partie «du jeu».

» LIRE AUSSI - Thierry Ardisson: (...)

Nous vous recommandons