AFFAIRE DES 94 MILLIARDS : Réponse politique du Mouvement « Dolly Macky » face aux accusations de Ousmane Sonko.

AFFAIRE DES 94 MILLIARDS : Réponse politique du Mouvement « Dolly Macky » face aux accusations de Ousmane Sonko.

Setal Le 2019-10-13  Source
Nous commencerons tout d'abord par rendre grâce Dieu, qui de par sa puissance absolue demeure le seul juge. Nous magnifions le travail de l'Assemblée Nationale pour l'expertise et l'efficacité avec lesquelles, elle a traité le dossier sur l'affaire dite des 94 milliards travers la commission d'enquête parlementaire.

En fait, l'intelligibilité d'une pensée ne s'épuise pas dans la pure succession de ses énoncés mais dans son rapport contradictoire avec l'histoire théorique en tant que telle et l'histoire, tout court qui l'a fait apparaître comme besoin dans un procès. Autrement dit, il impossible de cerner une pensée si elle n'est pas replacée dans son contexte historique précis. En effet, c'est en octobre 2018, veille des élections présidentielles que Ousmane Sonko a commencé agiter cette histoire rocambolesque des 94 milliards.

Ce moment, loin d'être fortuit est savamment choisi par ce dépité. En fait, n'ayant aucun programme alternatif politique crédible proposer aux sénégalais, encore moins un discours politique cohérent, structuré et convaincant, le candidat Sonko, s'est miraculeusement refugié derrière le présumé détournement des 94 milliards pour en faire un fonds de commerce électoral car au-del de la personne de Mamadou Mamour DIALLO, c'est celle de son Excellence Macky SALL qui était visée.

Malgré les graves accusations de Sonko, Mamadou Mamour DIALLO, en bon Républicain, est resté calme, serein, légaliste et s'est investi avec abnégation dans la campagne électorale pour la réélection de son candidat, le Président Macky SALL.

Tout juste après les élections, compte tenu de l'ampleur et de la tonalité des propos de Sonko, l'Assemblée Nationale, conformément l'article 48 de son règlement intérieur a mis sur pied une commission d'enquête parlementaire afin de faire la lumière sur cette affaire pour informer ainsi objectivement les sénégalaises et les sénégalais.

Après avoir auditionné de hautes personnalités de l'Administration des finances et tous les acteurs impliqués dans cette affaire, l'exception de Sonko qui a publiquement et catégorique refusé de déférer la convocation traitant même ses collègues de petits députés, la plénière de la commission d'enquête parlementaire, vient de blanchir en ce vendredi sain, l'ex Directeur des Domaines avec des arguments fondés en raison. En effet, le rapport de la commission d'enquête parlementaire stipule clairement : «
Conformément aux dispositions de l'article 152 du code pénale dans l'affaire dite des 94 milliards, la personne habilitée procéder aux paiements est le chef du bureau des Domaines de Ngor Almadie qui émet des chèques du trésor dont il est l'unique signataire.

Monsieur Mamadou Mamour DIALLO, Directeur des Domaines l'époque d'une partie des faits, ne peut de par sa position, tant dans la procédure administrative que dans le processus de paiement des indemnisations, être accusé de détournement de dénier public puisque :

1. En fait, le Directeur des Domaines a un rôle somme toute limité dans la procédure la co-signature des actes d'acquiescement, encore que pour la dite signature, il n'a pas un pouvoir discrétionnaire mais une compétence liée, c'est--dire que dès lors qu'il reçoit le procès-verbal d'accord de la commission de conciliation, il est légalement obligé d'en tirer les conséquences d'un point de vue administratif.

2. Aucune des personnes auditionnées n'a affirmé ou simplement reconnu que Monsieur Mamadou Mamour DIALLO ait pu commettre un détournement de dénier public dans ce dossier.

Par conséquent, les griefs qui sont reprochés Monsieur Mamadou Mamour DIALLO par le député Ousmane Sonko sont dénués de l'avis de la Commission d'enquête parlementaire, de tout fondement objectif et sérieux, et semblent plus tôt relever de l'acharnement politique et médiatique ».

Nous remercions le bon Dieu et félicitons le Président du Mouvement DOLLY.

Incapable d'apporter des preuves tangibles ses allégations, Sonko a irrespectueusement boycotté la plénière et est allé se cacher Ziguinchor pour jouer du théâtre. Spécialiste des faux-fuyants, des gesticulations langagières et des contre-feux, il veut faire croire l'opinion que l'Etat du Sénégal aurait perpétré un complot contre sa personne pour le condamner et le déchoir de ses droits civiques.

A la lumière de ses propos, il apparaît clairement que Sonko et son écurie politique commencent paniquer car jusqu' ce jour, aucune preuve n'a été encore brandie pour donner corps leurs accusations contre cet honnête fonctionnaire, qui depuis presque 30 ans a servi loyalement le Pays sans se servir.

L'éthique de la responsabilité doit obliger Sonko assumer ses propos car la victimisation dont il veut faire montre aux yeux des sénégalais ne saurait prospérer.

Mais de quoi Sonko a-t-il subitement peur, lui qui clamait urbi et orbi qu'il détenait la traçabilité des virements de 46 milliards dans une banque de la place.

En réalité, Sonko en tant qu'expert du mensonge de la délation et de la démagogie est tombé dans son projet de piège.
Aujourd'hui, tous les sénégalais de bonne foi ont découvert son vrai visage fortement ancré dans le principe de Machiavel selon lequel : en politique, tous les moyens sont bons pour parvenir aux fins escomptées.

En réalité, Sonko est un contre modèle pour les jeunes générations car son comportement est l'illustration la plus achevée du divorce entre la politique et la morale. C'est pourquoi, depuis que le soleil brille au firmament et que les planètes gravitent autour de lui, on n'a jamais vu un politicien aussi véreux, manipulateur, inutile et dangereux que Sonko.
Rendons grâce Dieu car Sonko et sa cour ont voulu salir la peau de ce vertueux fils du Ndiambour aux qualités intrinsèques connues et reconnues par tous, mais en vain.

La vérité vient de faire jour car pour la première fois dans l'histoire politique du Sénégal, une enquête parlementaire vient de terminer toutes les phases de son processus.

Ainsi les dés sont jetés par l'Assemblée nationale et Sonko est dans de sales draps. Par conséquent, Mamadou Mamour DIALLO vient d'être blanchi et d'ailleurs, son sérieux, sa loyauté et sa droiture n'ont jamais souffert d'aucun doute car il a été éduqué et formaté sur des principes de base qui fondent le Coran mais aussi du JOM, du Ngor et de la Kersa, socle de sa culture Njambour-Njambour.

En dernier ressort, nous demandons au Président Macky SALL, avec tout le respect qui sied, de réhabiliter notre leader Mamadou Mamour DIALLO, victime de la méchanceté d'un politicien que l'histoire retiendra de par sa frivolité, sa légèreté et ses mensonges grossiers.

Dieu dit dans le coran : « si un mécréant vous donne une information, vérifiez-la d'abord ». Sonko est donc un vrai mécréant car tous les arguments qu'il avance transcende le factuel pour s'élever dans le virtuel.

En définitive, Sonko vient de célébrer ses propres funérailles politiques sur l'autel du mensonge et de la surenchère médiatique. A ce titre, nous invitons notre leader de poursuivre Sonko dans les juridictions compétentes.
Merci de votre aimable attention'

Cellule de Communication du Mouvement DOLLY

Nous vous recommandons