Arrêt des chantiers de l'Etat : L'économiste Meïssa Babou évoque un problème de trésorerie et prédit le pire

Arrêt des chantiers de l'Etat : L'économiste Meïssa Babou évoque un problème de trésorerie et prédit le pire

Ndarinfo Le 2019-06-17  Source
Depuis plusieurs mois, des chantiers de l'Etat sont à l'arrêt. Selon une opinion très répandue, les promoteurs n'ont plus de liquidités pour faire tourner les machines. L'Etat qui leur devrait de l'argent, n'est pas encore passé à la caisse. Interrogé par Zik-Fm, l'économiste Meïssa Babou n'y va pas quatre chemins pour parler d'un problème de trésorerie.

«Il y a trois ou quatre jours, l'Etat du Sénégal était sur le marché financier pour emprunter 55 milliards FCfa. Cela prouve encore qu'il y a un problème de trésorerie qui persiste», dit-il. Et d'expliquer : «L'Etat n'a plus les moyens tellement qu'il est endetté à hauteur de 7000 milliards sur le plan extérieur, avec un remboursement mensuel 82 milliards F Cfa environ par mois. Si on fait le cumul de ces charges incompressibles avec des salaires des fonctionnaires qui s'élèvent presque à 80 milliards F Cfa, cela fait 160 voire 170 milliards F Cfa par mois. Or, la fiscalité sénégalaise ne peut pas compenser ces dépenses».

L'enseignant chercheur prédit que «cette situation va amplifier le déficit de trésorerie» et créer une hausse sur certains produits.

«L'Etat a augmenté le prix du ciment et dernièrement, les frais de douane. D'autres produits vont encore augmenter, comme si on est dans un ajustement. Toute chose qui explique que l'Etat est dans un déficit chronique. La situation va perdurer et ce n'est pas demain la veille. Parce que l'Etat a beaucoup trop emprunté», note-t-il.

Suppression des institutions budgétivores.

L'Etat peut-il éviter cette situation ? Meïssa Babou répond par l'affirmative et préconise la suppression de l'institution budgétivore et la baisse drastique des charges du gouvernement. «Il y a trop de ministres et de ministres-conseillers, en plus du HCCT et les agences inutiles. On ne fait rien pour diminuer les charges de fonctionnement de l'Etat. A mon avis, c'est à ce niveau-là que cela coincé»

LERAL

Nous vous recommandons