Dahirou Sarr

Par , publié le .

Politique

 

La section communale de Pastef-Mbao réclame, »˜’sans délai, la libération de notre frère Dahirou Thiam et de tous les détenus politiques muselés dans le but d’installer un climat de terreur dans ce pays ». Dans un communiqué, les militants de Pastef/Les patriotes dénoncent un glissement de l’accusation de viol contre leur leader Ousmane Sonko vers des poursuites pour atteinte à  la sà»reté de l’Etat. Une machination orchestrée, selon eux, afin de museler le parti Pastef, avant de s’en prendre à  son président. Après le chargé de l’organisation de Pastef, l’épouse de l’administrateur général, c’est Dahirou Thiam qui a été arrêté après une audition, ce jeudi 18 février.

D’après ses frères de parti, la police lui reprocherait d’avoir retrouvé »˜’son nom dans le répertoire de la personne qui aurait vendu la puce qui aurait servi à  proférer des menaces à  l’endroit de certaines autorités politiques ». Une autre accusation de diffusion de fausses nouvelles pendrait à  son nez. Tout en dénonçant une dérive autoritaire, les militants de Pastef appellent »˜’à  la mobilisation et à  la résistance à  l’oppression qui est un principe constitutionnel clairement consacré ». Et dans cette quête, ils s’en donneront tous les moyens légaux et constitutionnels à  leur disposition pour exiger la libération de Dahirou Thiam dont la place est auprès de sa femme et de ses enfants.

…L’Union des forces vives de Mbao, un mouvement citoyen spontané qui regroupe toutes les forces vives de la commune, s’est, dans un communiqué, insurgé contre l’arrestation d’un de ses membres. En effet, indique le document, cette entité réclame la libération de Dahirou Thiam. Ce dernier, dit-on, a été convoqué par la Dic, le 18 février dernier, par voie téléphonique et sans aucune explication relative à  ce qui lui aurait été reproché. »˜’En tant que citoyen modèle, ce dernier a répondu à  la convocation de la Dic en présence de ses avocats. Et même malgré cela, aucune information concernant les faits qui lui seraient reprochés ne lui a été notifiée. Il est tout de même placé en garde à  vue pour 48 heures et déféré le vendredi 19 février 2021 pour faire face au procureur.

Dahirou Thiam bénéficie présentement d’un retour de parquet et nous tenons à  prendre l’opinion à  témoin par rapport à  la tentative de déstabilisation et d’intimidation », renseigne le communiqué. Pour les membres de l’Union des forces vives de Mbao, M. Thiam est victime de son engagement au service de sa communauté. En effet, explique-t-on, au-delà  de sa casquette politique, Dahirou Thiam est un partenaire de la commune de Mbao, mais aussi un soutien de famille qui, malgré son statut de cadre au niveau de la Sonatel, a pris l’option d’Å“uvrer pour sa commune à  travers des actions qui contribuent à  l’amélioration des conditions de vie de la population de Mbao. 

»˜’Nous condamnons fermement cette détention ou, devrait-on dire, séquestration arbitraire que nous considérons comme une vaine tentative d’intimidation. Cette persécution à  outrance est contraire aux principes de l’Etat de droit. Mais surtout, elle prive indà»ment à  Mbao les services d’un citoyen dévoué à  la cause communale. Sa place ne saurait être en détention. Elle est plutôt sur le terrain de l’action politique et sociale ».  

 

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut