GESTION DES SALAIRES ET PRIMES, INCIDENT FINANCIER, PERSONNEL PEU QUALIFIE... : Les élus exposent les maux des collectivités Oumar Guèye

GESTION DES SALAIRES ET PRIMES, INCIDENT FINANCIER, PERSONNEL PEU QUALIFIE... : Les élus exposent les maux des collectivités Oumar Guèye

Enqueteplus Il y'a 2 semaines  Source

Les maires, les présidents de Conseil départemental et Secrétaires municipaux de la région de Thiès, ont étalé hier au ministre Oumar Guèye, toutes les difficultés qui plombent le développement de leurs municipalités. C'était lors d'un Comité régional de développement (Crd) spécial de partage sur la réforme de la fonction publique locale.

Adoptée en mars 2011, la loi sur la fonction publique locale a pour objectif de doter de tous les travailleurs des collectivités territoriales d'un statut harmonisé et de sécuriser, en même temps, leurs emplois. Cependant, près de 10 ans après le vote de cette loi, sa mise en oeuvre tarde toujours se concrétiser. Une situation qui laisse les maires et présidents de conseil départemental sur leur faim. Hier, lors du Comité régional de développement (Crd) spécial consacré la fonction publique locale, les élus locaux de la région de Thiès ont exposé au ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l'Aménagement du territoire, Oumar Guéye, tous les maux dont souffrent les municipalités qu'ils dirigent depuis 2014.

Des difficultés qui ont pour noms manque de ressources financières et humaines de qualité, retard des versements de la Contribution économique locale (Cel), non-équilibre budgétaire, clientélisme politique dans le recrutement des agents, absence de formation adéquate des agents etc. Selon le Secrétaire général du Conseil départemental de Thiès, il appartient l'Etat d'accélérer enfin, le processus de mise en oeuvre de la réforme pour corriger tous ces impairs, au grand bénéfice de toutes les collectivités territoriales du pays.

"Voil un peu plus de neuf ans que la loi N°2011-08 relative la fonction publique locale a été votée. Et depuis lors, rien de concret n'a été constaté. Les choses sont restées en l'état. Je pense que ce dialogue d'aujourd'hui (hier), avec les acteurs clés du processus, va permettre de corriger toutes ces disparités qui freinent le développement des collectivités territoriales. L'heure a enfin sonné pour examiner tous les contours de la réforme sur la fonction publique locale'', plaide Bassirou Ndiaye. Le représentant du président du Conseil départemental de Thiès exige aussi un personnel de qualité dans la fonction publique territoriale. "Il faut appliquer la loi dans le recrutement des agents de la fonction publique locale. Si nous voulons disposer de collectivités territoriales performantes, on doit cesser de recruter un personnel politique. Il faut qu'on définisse dès maintenant, le profil du nouvel agent des collectivités territoriales parce que les ressources humaines que nous avons, ne peuvent pas booster le développement des collectivités territoriales'', poursuit-il.

De son côté, le maire de la commune de Mérina Ndakhar salue la réforme de la fonction publique locale qui, selon lui, date de plus 30 ans. Par contre, il dit aussi toutes ces inquiétudes par rapport aux ressources financières dont disposent les collectivités territoriales. Pour lui, les collectivités territoriales sont confrontées de nombreuses difficultés dans la prise en charge de leur personnel. "Les communes rencontre des difficultés qui ne datent pas d'aujourd'hui. La première difficulté est liée aux ressources financières. Outre les finances, il se pose aussi le problème des ressources humaines de qualité. Si on n'a pas de ressources financières, on ne pourra pas régler cette question de façon définitive. Nous constatons également des lenteurs dans les règlements de reliquats de la Contribution économique locale. Si la question de la CEL est réglée, les communes pourront respirer'', confie Aymérou Gning, par ailleurs, président du groupe parlementaire Bennoo bokk yaakaar.

Pour sa part, le maire de la commune de Ngandiouf, Modou Fall s'attaque aux disparités notées dans le traitement salarial des agents des collectivités territoriales. A son avis, il faut corriger cette question avant d'envisager une quelconque politique visant faire des collectivités territoriales, des communes émergentes. Quant au maire de la commune de Saly, Ousmane Guéye, il invite repenser le statut des maires. Aussi, plaide-t-il le bon traitement salarial pour tous les maires, conseillers et secrétaires municipaux et pour tout autre travailleur des collectivités territoriales du Sénégal.

Le ministre Oumar Gueye: "Il faut que les élus s'approprient la réforme''

Pour épargner toutes les collectivités de tous les maux dont elles souffrent, le ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l'Aménagement du territoire demande aux élus locaux après avoir écouté toutes leurs interpellations, de se conformer la réforme. "J'ai écouté avec intérêt tout le monde. Mais, chacun doit savoir que la mise en oeuvre de cette réforme et son aboutissement nécessitent une large communication. La réforme sur la fonction publique locale est une réforme majeure de l'Etat. Donc, il faut que les élus se l'approprient. Nous devons relever ensemble les défis de la fonction publique locale'', soutient Oumar Guèye.

L'ancien ministre des Pêches et de l'Economie maritime a mis profit cette rencontre pour vanter les transferts de l'Etat vers les collectivités depuis l'arrivée, en 2012, du président de la République, Macky Sall la tête du Sénégal. Prenant l'exemple de Thiès, Oumar Guèye précise que les fonds de dotation alloués sont estimés en 2018, plus de 3 milliards de francs CFA et 1 milliard 950 millions de francs CFA pour l'année 2020. Mieux, il affirme que la région va bénéficier d'un financement de 5 milliards de francs CFA dans les cinq années venir. Lequel financement, ajoute-t-il, entre dans le cadre du Programme d'appui aux communes et agglomérations du Sénégal (Pacasen).

GAUSTIN DIATTA (THIES)

Nous vous recommandons

Politique

Pape Diop

Enqueteplus

Politique

Affaire Karim Wade: Samba Ndiaye Seck, le magistrat limogé, parle

Leral