LIBERATION DE GUY MARIUS SAGNA : Noo Lank bande les muscles

Le collectif Noo Lank compte intensifier le combat pour la libération de Guy Marius Sagna, le dernier détenu sur les neufs interpellés, suite aux manifestations du 29 novembre dernier. Ils invitent les Sénégalais se rendre en masse au tribunal, afin de se procurer des permis de visite pour soutenir l'activiste privé de la plupart de ses visites.

Le collectif citoyen Noo Lank place la libération de Guy Marius Sagna au centre de son combat. Après l'élargissement des codétenus de l'activiste ce mercredi, le collectif trouve anormal sa détention. Ainsi, pour le coordonnateur du mouvement Y en a marre, il s'agit d'un acharnement contre le membre de Frapp qui, dit-il, est resté en détention de manière arbitraire.

"Tous nos détenus ont été libérés sauf Guy Marius Sagna. Hier, on avait du mal se réjouir d'ailleurs de leur libération. Le gouvernement fait du règlement de comptes un honnête citoyen, mais le combat va s'intensifier davantage'', laisse entendre Aliou Sané. A l'en croire, le problème est plus profond. Il estime, en effet, que ce sont les positions panafricanistes et nationalistes de Guy Marius Sagna qui dérangent les tenants du pouvoir. "Emmanuel Macron avait appelé les dirigeants africains, lors de son déplacement auNiger, adopter une position plus ferme sur les sentiments anti-français'', déclare-t-il.

Le collectif Noo Lank souligne ainsi que depuis des mois, le gouvernement était la recherche d'un prétexte pour le museler. "Maintenant, ils se réfugient derrière un prétexte fallacieux pour le maintenir en prison. (?) Nos avocats ont démontré, avec brio, qu'en droit sénégalais, rien ne justifie le maintien de Guy Marius Sagna en prison, et qu'au regard de la loi, toutes les conditions sont aujourd'hui réunies pour qu'il obtienne la liberté provisoire, dès lors qu'il n'a commis aucune infraction'', indique Bentaleb Sow, co-coordinateur du collectif Noo Lank.

Il pense d'ailleurs qu'après son projet de réduire l'opposition sénégalaise sa plus simple expression, Macky Sall s'attaque aux mouvements citoyens qui, d'après Bentaleb Sow, prennent les revendications "d'un peuple abusé et meurtri par un racket des maigres moyens qui lui reste''.

Très préoccupés par le sort de Guy Marius Sagna, les membres du collectif renseignent que leur camarade continue d'être unevictime de ce système. En effet, expliquent-ils, ses droits sont bafoués parce qu'isolé tel un terroriste. Pire, d'après les activistes, même les visites lui sont pour la plupart interdites.

Le collectif compte cependant remédier cette situation et manifester son soutien au prisonnier. "Noo Lank appelle toutes les Sénégalaises et tous les Sénégalais se rendre, dès demain vendredi 9 h (aujourd'hui) au tribunal, pour se faire délivrer un permis de visite'', invite Bentaleb Sow.

Parallèlement, le collectif compte dérouler son agenda pour la sensibilisation surla hausse du prix de l'électricité. Il prévoit, cet effet, des démarches pour rencontrer l'archevêque et les khalifes généraux. Le mois de janvier sera toutefois clôturé par une journée de mobilisation nationale le 31 courant. Pour l'itinéraire de la marche, Aliou Sané indique que ce sera de la porte de l'université Cheikh Anta Diop, La Poste de la Médina.

Bentaleb Sow rajoute d'ailleurs qu'une lettre d'information a été déposée en ce sens sur le bureau du préfet,depuis le 21 janvier. A ses yeux, rien ne justifierait une interdiction de cette marche. "Pour interdire une manifestation, il y a deux conditions cumulatives, savoir un risque de trouble l'ordre public et un manque d'effectif pour encadrer la manifestation. Je ne crois pas qu'on ait un manque d'effectif Dakar pour couvrir une manifestation'', croit-il savoir.

HABIBATOU TRAORE

Nous vous recommandons