Nouveau plan d'actions de l'opposition: Rencontres avec les Chancelleries occidentales, manifestations dans la banlieue et devant le ministère de l'Intérieur

Nouveau plan d'actions de l'opposition: Rencontres avec les Chancelleries occidentales, manifestations dans la banlieue et devant le ministère de l'Intérieur

Leral Le 2018-03-17  Source

Les opposants regroupés autour de l'Initiative pour des élections démocratique (Ide) maintiennent la pression surle Président Macky Sall et son ministre de l'Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye dont ils réclament la démission. Après leur manifestation de vendredi dernier qu'ils qualifient de « réussite », malgré la répression policière, ils comptent lancer un nouveau plan d'actions.

Du mercredi 21 au vendredi 23, Oumar Sarr et Cie comptent dérouler une série de manifestations pour obtenir gain de cause. « La manifestation de la semaine a été une réussite malgré les conditions dans lesquelles elle s'est tenue. La lutte va continuer, parce que qu'il n y a pas eu d'avancées sérieuses dans nos préoccupations. Nous serons dans les rues, les communes et l'intérieur du pays. Nous nous rendrons le mercredi 21 mars l'Ambassade des Etats- Unis pour rencontrer l'Ambassadeur pour échanger avec lui. Nous nous rendrons aussi dans d'autres ambassades.

Le jeudi 22 mars, nous serons Pikine et Guédiawaye où nous allons organiser un grand meeting dans l'après-midi. Mais avant le meeting, nous ferons le tour des 16 communes pour voir comment le gouvernement a organisé les inscriptions et les modifications sur les listes électorales. Enfin, nous retournerons la Place Washington le vendredi 23, pour exiger le départ du ministre de l'Intérieur (Aly Ngouille Ndiaye) et pour une processus électoral
», a exposé le secrétaire général adjoint du Pds.

Selon L'Observateur, il s'exprimait hier avec d'autres membres de l'Ide au siège du parti Bok Gis Gis. Prenant la parole, Mamadou Diop Decroix précise que le combat n'est pas une affaire entre Macky Sall et l'opposition. Le patron de l'Aj estime qu'ils doivent aller au-del des partis politiques. « Vous imaginez, nous sommes en 2018. Des gens réclament toujours des élections transparentes et démocratiques. Cela n'est rien d'autre qu'un recul démocratique. Parce qu'on devait dépasser depuis très longtemps les questions d'organisations d'élections », constate Decroix, tout en contestant le rapport de l'audit du fichier électoral effectué par des experts occidentaux. Selon lui, ils n'ont pas fait une étude sérieuse et donc ce fichier n'est pas fiable.

→ Lire l'article au complet sur Leral



Nous vous recommandons

Politique

Parrainage : Bby Amasse 24 800 Signataires Foundioune

Seneweb

Politique

Un Lieutenant De Sonko Arrêté

Seneweb