SCANDALE BBC : L'African Energy Chamber soutient Macky

Acculé de tout bord, l'Etat du Sénégal trouve l'une de ses toutes premières assistances l'international, sur le dossier de corruption révélé par la Bbc.

La Chambre africaine de l'énergie (Cae) a rejeté hier, via un communiqué, les accusations formulées par le récent programme Bbc Panorama sur le Sénégal. La Cae prend fait et cause pour le chef de l'Etat sénégalais. Elle ''estime qu'il s'agit d'une sinistre course au jugement et d'une obsession de ternir le président réformiste Macky Sall et l'industrie pétrolière tout prix et par tous les moyens, et basées sur un certain manque de compréhension des faits et du fonctionnement de l'industrie du pétrole''.

L'Etat du Sénégal n'est pas la seule entité recevoir ce soutien, puisque les compagnies citées dans l'enquête de la Bbc trouvent grâce aussi aux yeux dela Chambre africaine de l'énergie. Ce, d'autant plus que les législations rigoureuses des Usa (Fcpa) et de la Grande-Bretagne (Anti-Bribery Act) sont beaucoup trop dissuasives pour que ces entreprises s'adonnent des pratiques de corruption.

''Conformément au Code pétrolier sénégalais, l'acquisition des blocs par Bp correspond bien aux processus d'appel d'offres en vigueur au Sénégal. Avant son acquisition des concessions Cayar Offshore Profond et Saint-Louis Profond, Bp avait procédé des études et diligences approfondies et appropriées afin de s'assurer de la propriété et de l'exploitation du bloc. Il en fut de même pour Kosmos Energy''.

La Cae trouve qu'aucun acte répréhensible n'a été commis en dernier ressort par les parties mises en cause. N.J. Ayuk, Pdg de Centurion Law Group et Président de la Chambre, est même allé plus loin en invitant les Sénégalais la vigilance.

''Le peuple sénégalais ne doit pas être dupe et nous devons passer de la rhétorique la pertinence, des symboles la substance, du populisme et charisme une rhétorique offrant des solutions pragmatiques de bon sens ceux qui attendent plus du pétrole et du gaz de l'Afrique'', a-t-il avancé.

En revanche, pas un mot sur Aliou Sall et Frank Timis.

Nous vous recommandons