Sénégal Bi oeu Begg

Le coordonnateur national de la plateforme Avenir Sénégal Bi oeu Begg invite l'Etat suspendre l'année scolaire pour la reprendre en octobre. En effet, selon Dr Cheikh Tidiane Dièye, tous les paradigmes doivent changer, y compris la notion même d'année scolaire où les critères de sa validité. Ainsi, vue la situation de la pandémie dans le pays, il est nécessaire, souligne-t-il, de s'attendre au pire et l'urgence, c'est de travailler réduire le danger.

"La plupart des pays qui ont levé ou assoupli les mesures restrictives, notamment en ce qui concerne les écoles et lieux d'enseignement, ont attendu d'avoir atteint le pic de la maladie ou amorcé la baisse de la courbe de propagation. Chez nous, par effet de mimétisme, on ouvre les écoles au moment où les cas augmentent de manière exponentielle'', se désole Dr Cheikh Tidiane Dièye. Il fustige, par ailleurs, les conditions dans lesquelles les enseignants ont voyagé pour rejoindre leur lieu de service.
"Depuis Dakar, foyer chaud de la maladie, on organise le convoyage des enseignants aux quatre coins du pays dans des conditions totalement inappropriées. Cela ne pouvait conduire qu' ce fiasco désastreux pour l'image de l'autorité et de l'école et traumatisant pour les élèves, les enseignants et les parents. Aujourd'hui, tous les enseignants qui étaient dans la foule de Liberté 5 sont des cas, par la faute de quelques bureaucrates et politiciens incompétents et sans génie'', regrette-t-il.
...En outre, selon le coordinateur de la plateforme Sénégal Bi oeu Begg, "il est temps d'arrêter de jouer avec le feu''. "Les cours ne peuvent pas reprendre avant deux mois au moins. Et comme l'hivernage arrive grands pas et qu'il ne serait pas possible de les reprendre en cette période, je propose que l'année scolaire soit officiellement suspendue jusqu'au mois d'octobre. On pourrait ainsi travailler une rentrée partir du 1er octobre'', recommande-t-il.
Ainsi, pour ne pas qu'il y ait année blanche, Dr cheikh Tidiane Dièye propose, après la reprise des cours en octobre, de prolonger l'année scolaire de deux mois pour organiser les examens en décembre. Et pour le respect du quantum horaire, il suggère de rationaliser le calendrier et d'augmenter le nombre d'heures de cours pendant les deux mois de rattrapage, savoir octobre et novembre. L'année suivante démarrerait en janvier 2021, avec un calendrier revu, pour se terminer en fin juillet 2021.
"J'avais déj dit qu' l'heure du bilan, il faudra bien qu'on nous rende des comptes. Pas seulement sur la gestion des milliards du Force-Covid-19, mais aussi sur les décisions prises. Combien d'argent a été dépensé pour organiser ces voyages, acheter les produits d'entretien, masques et autres pour les écoles, pour une rentrée que toutes les personnes douées d'un minimum de raison savaient impossible ? Pourquoi a-t-on mis en danger, si bêtement, la vie des enseignants, des élèves et des familles ?'', s'interroge, par ailleurs, M. Dièye.

Nous vous recommandons

Politique

Oumar Sarr: «Je n'ai pas lâché t Wade»

Senegal7

Politique

Oumar Sarr: «Je n'ai pas lâchait Wade»

Senegal7