VERIFICATION DES PARRAINAGES : Le Pit se félicite du processus et tacle la société civile

Le Parti de l'indépendance et du travail tire un bilan satisfaisant du parrainage. Cependant, il regrette l'attitude de certains opposants qui refusent d'accepter les résultats de ce processus. Le Pit estime également nécessaire de revoir le rôle des organisations de la société civile aux fins de mieux cerner leurs motivations.

Après le bouclage, le 8 janvier dernier, de la première phase de sélection des candidats la candidature la présidentielle du 24 février 2019, marqué par les épreuves du parrainage, le Parti de l'indépendance et du travail (Pit) tire un bilan positif. En effet, le Pit se félicite du processus de parrainage et considère que les sept candidats qui ont validé l'épreuve des parrainages sont politiquement les plus représentatifs sur l'étendue du territoire. Ce qui implique que le "président de la République, candidat un second et dernier mandat, a, en face de lui, les adversaires les plus significatifs et les plus redoutables du moment, électoralement parlant''.

Le Parti de l'indépendance et du travail, par ailleurs membre de la coalition Benno Bokk Yaakaar, considère que le parrainage est le meilleur moyen et le plus démocratique de sélection des candidats, car ce processus permet aux prétendants de solliciter directement les citoyens et d'écarter les candidatures soutenues par des lobbies étrangers. Ce qui fait de la loi sur le parrainage une avancée historique pour le Sénégal, selon cette formation politique.

"Le Pit constate, pour s'en féliciter, que pour la première fois dans notre histoire électorale, en lieu et place de l'argent comme critère décisif de sélection des candidats, il y a eu le citoyen et son parrainage'', peut-on lire dans le communiqué.

Néanmoins, le Pit regrette l'attitude de certains partis politiques de l'opposition et des membres de la société civile qui émettent des critiques l'égard de ce processus de sélection. "Il se trouve que ce progrès historique, enregistré dans l'assainissement et la démocratisation de notre système électoral, a été fortement combattu par des prétendants candidats issus de l'opposition et de la société civile qui comptaient sur l'argent comme critère décisif de sélection, dans un contexte où le Sénégal est devenu un pays pétrolier et gazier convoité de tous'', précise le communiqué reçu "EnQuête''.

Partant de ce fait, le parti du ministre Samba Sy soupçonne certains membres de la société civile d'avoir des motivations ambigües et utilisent la presse et les réseaux sociaux pour manipuler l'opinion. "A cet égard, le Pit estime nécessaire de prendre la pleine mesure de la mutation de beaucoup d'organisations de la société civile aux fins de mieux cerner leurs motivations. "En clair, leur stratégie (la société civile) consiste jeter de l'huile sur le feu pour ensuite se présenter en sapeur-pompier'', conclut le communiqué.

ABBA BA

→ Lire l'article au complet sur Enqueteplus



Nous vous recommandons

Politique

PDS : rébellion autour de Me Wade

Leral