COMMISSION D'ENQUETE PARLEMENTAIRE SUR LA CRISE DES VALEURS Une demande du professeur Iba der Thiam à Moustapha Niass

Par , publié le .

Société

Notre société a connu, ces dernières années, des mutations profondes, qui ont affecté tous les segments de la vie nationale, à des degrés divers, selon le professeur Iba der Thiam. Cela découlerait, de son avis, de «l'action combinée de la révolution et de l'explosion médiatiques incontrôlées et mal régulées, que le Sénégal est en train de vivre, au plan interne et celle des influences venues de l'Extérieur, véhiculées par des canaux puissants, obéissant à une stratégie visant à conquérir les consciences, pour influencer les modes de vie, les comportements, les niveaux d'aspiration, les mœurs et les pratiques morales et sociales, et qui menacent, directement, notre culture, notre religion».

Poursuivant, il informe qu'à longueur de journées, la presse signale la montée en puissance de la violence, du meurtre, du viol, de la pédophilie, du tabagisme, de l'alcoolisme, de la drogue, de la prostitution, de la débauche, de la pornographie, de l'inceste, des infanticides, de la corruption, du mensonge, des magouilles, de la cupidité, des faux dévots, de la dépigmentation de la peau, etc. Des fléaux qui ont un impact direct sur le tissu familial qui se disloque, à en croire notre interlocuteur. «L'harmonie qui avait, jusque-là, prévalu entre communautés, est, aujourd'hui, fortement menacée, l'individualisme, l'arrogance, l'orgueil, la suffisance, l'ostentation, le défi à l'autorité, le recul de la solidarité, la non protection des faibles connaissent une forte impulsion. La jeunesse a perdu ses repères et se cherche des modèles inadéquats, farfelus même, ou indignes, injectés dans les esprits par une propagande qui, loin d'être innocente, vise à dénaturer notre société, à déstructurer notre communauté, à fouler aux pieds nos valeurs, à affaiblir notre pays, au plan moral et axiologique, pour faire de ses populations, des créatures faciles à embrigader, à des fins inavouées», insiste-t-il.

Il en déduit que si on parvient à conquérir ce pays, grâce à des entreprises de conquête spirituelle et médiatique, à des batailles de mœurs et des valeurs étrangères faussement qualifiées d'universelles, on aura ouvert la voie à la déstructuration des sociétés africaines et à la démolition de leurs assises fondatrices. Ce sera la victoire de l'obscurantisme, de la régression morale et du néo-colonialisme.

Suffisant pour encourager la constitution d'une Commission d'enquête parlementaire, chargée d'étudier la problématique de la crise des valeurs au Sénégal, ses conséquences dans les court, moyen et long termes et les mesures et stratégies idoines capables d'y faire face.

Yandé DIOP

REWMI QUOTIDIEN

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)