Le calvaire de Asta, violée à  10 ans, mère de jumeaux

Par , publié le .

Société

Asta (un nom d'emprunt) a été victime de viol à 10 ans. De cette agression sexuelle, elle s'est retrouvée enceinte. Et a donné vie à des jumeaux.

« Un jour, alors que je jouais avec mes amies, j'ai eu subitement envie d'aller aux toilettes. J'ai couru pour y aller. Dès que j'ai enlevé mon slip, untel (elle donne le nom du présumé violeur) m'a trouvé dans les toilettes. Et a refermé la porte derrière lui et a mis sa main sur ma bouche, en menaçant de me tuer si jamais je criais. C'est sur ce, qu'il m'a pénétré profondément. Après son forfait, il a encore menacé de me tuer si je racontais ce qui vient de se passer. Une fois seule, j'ai constaté que je saignais. J'ai senti après des douleurs au bas ventre. Je ne pouvais pas marcher correctement, mais je m'efforçais de me tenir correctement par peur qu'il me tue.

Ce n'était pas la seule fois qu'il m'a violée. Il l'a répété une seconde fois. Il m'avait trouvé dans les toilettes et a menacé, non seulement de me tuer, mais aussi de tuer ma mère, si jamais je criais ou si je racontais (ce qu'il me faisait) à qui que ce soit ».

Asta reste seule chez elle chaque matin. Tout le monde est au travail y compris sa maman qui est vendeuse de légumes au marché. « Je suis seule avec lui (le présumé violeur). Lequel tient une boutique dans la maison. C'est ma mère qui s'est rendu compte du changement de mon corps et des vomissements et qui m'a amenée à l'hôpital. Là bas, le médecin lui a annoncé mon état de grossesse », raconte la petite fille.

« La grossesse s'est bien déroulée. Mais, vers les derniers mois (elle a accouché au 7e mois), les complications se sont signalées. Outre les maux de tête, je ne tenais plus sur mes jambes et me sentais très lourde », confie-t-elle. Asta ne garde pas de souvenirs de son accouchement. « Je me suis réveillée et j'ai constaté que je n'avais plus de grossesse. Et j'ai vu les jumeaux. Je ne sais même pas quand ils sont nés », explique-t-elle dans les colonnes de la revue La Citoyenne de l'Association des juristes sénégalaises (Ajs), dans son numéro spécial édité au mois d'octobre 2014.

Le 21 février 2014, Asta a donné naissance à deux garçons. « Ils se portent bien. A part qu'ils tètent beaucoup et que moi je n'ai pas beaucoup de lait. Ma mère leur achète du lait à la pharmacie qu'ils consomment en grande quantité. Ce sont des bonnes volontés qui nous aident à acheter le lait ». Quant à l'auteur des viols, il a été arrêté. Depuis lors, il est en détention préventive. Ce qui est loin de compenser la douleur de la jeune maman qui plaide plus l'exécution de son violeur, ne serait-ce que pour lui avoir empêché de poursuivre ses études.

Auteur: seneweb News – <!–Source: :  –>Seneweb.com

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)