L'ex-dg Poste Finances Expédie Le Colis Ofnac: « Nous N'avons Rien à  Cacher !»

Par , publié le .

Société

La déception, c'est le maître mot de la sortie de Doudou Guèye, le directeur général du groupe Poste Finances au moment des faits que dénonce, dans la publication de son premier rapport, l'Ofnac qui a épinglé le groupe pour faux et usage de faux. A l'en croire, l'Ofnac a fait dans la précipitation, sans envoyer de pré-rapport pour lui faire part de ses observations, ni prendre langue avec lui.

Doudou Guèye dit regretter avoir découvert, dans la presse, les reproches formulées à l'encontre de Poste Finance, par l'Ofnac. Assez pour l'ancien directeur exécutif du groupe Poste Finances entre 2003 et 2016, qui fait état de toute la colère qui l'habite, dans le quotidien L'Observateur de ce jeudi 26 mai 2016.

 3500 tonnes de rames de papier livrées sur une commande de 7000

«On accuse le groupe Poste Finances de faux et usage de faux. Cette accusation porte sur une fourniture de 7000 rames de papier que devait nous livrer la librairie Lpd. Au moment de la livraison, nous nous sommes rendu compte que nous n'avions pas assez d'espace pour stocker ces 7000 tonnes de rames de papier, donc nous avons convenu, avec la Lpd, de nous livrer la moitié des rames et de nous fournir le reste au fur et à mesure. Parce qu'on s'est rendu compte que quand on prenait 7000 tonne de rames de papier, dans leur globalité, avant de les consommer en fin d'année, on perdait une grande partie, du fait de l'humidité. Le jour de la livraison, le fournisseur Lpd a livré 3500 rames et a fait une reconnaissance pour le reste. Mais l'Ofnac a estimé que ce n'était pas réglementaire», explique Doudou Guèye, qui dit avoir «personnellement appelé le fournisseur et c'est la première fois que je l'appelais, pour lui demander de livrer le restant du stock dans les 48 heures. A charge pour mes collaborateurs de se débrouiller pour les stocker là où ils peuvent. Ce qui a été fait. Depuis lors, je n'ai plus entendu parler de l'Ofnac», précise-t-il.

«Ni de corruption, ni de concussion ou détournement de deniers publics»

Sur la compensation du paiement des chèques postaux estimée de 80 milliards, Doudou Guèye minimise et estime que «cette affaire relève de la souveraineté de l'Etat». «Ce qui a été publié dans ce rapport, ajoute-t-il, n'est pas conforme à la réalité. Les 80 milliards dont il est question dans le rapport datent de 2000. La compense est un problème structurel. Ce serait dangereux qu'une affaire aussi importante se retrouve dans des rapports de l'Ofnac, parce qu'il ne peut s'agir ni de corruption, ni de concussion, encore moins de détournement de deniers publics. C'est un dysfonctionnement dans les rapports entre les services de l'Etat et le président de la République a instruit les plus hautes autorités pour trouver une solution à ce problème», admet-t-il .

Auteur: SenewebNews – Seneweb.com

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut