ELIM. EURO 2020 - FRANCE / TRUQUIE (1-1) : Les Bleus attendront novembre

Malgré un but d'Olivier Giroud, l'équipe de France, largement dominatrice, a été tenue en échec par la Turquie (1-1), ce lundi, lors des éliminatoires de l'Euro 2020. Les Bleus, égalité de points avec leurs adversaires du soir, devront attendre le mois de novembre pour valider leur ticket pour la compétition continentale.

Olivier Giroud n'était pas loin d'être le héros de l'équipe de France en trouvant la faille quatre minutes après son entrée jeu. Mais une tête de Kaan Ayhan a permis la Turquie, impressionnante défensivement, d'arracher le point du nul (1-1), ce lundi, lors de la 8e journée du groupe H des éliminatoires de la Ligue Europa. Les deux nations, qui comptent 19 points, soit 4 unités de plus que l'Islande, 3e, sont en très bonne position pour obtenir leur ticket pour l'épreuve continentale mais devront attendre le mois de novembre pour cela.

Domination stérile des Bleus

Dans un Stade de France divisé en deux où les supporters des deux camps donnaient de la voix, respectant parfaitement les hymnes nationaux, les Turcs faisaient d'entrée une meilleure impression. Sereins derrière, les visiteurs enchaînaient les bonnes séquences, privant les Bleus du ballon dans le premier quart d'heure. Pourtant, c'était bien la bande Didier Deschamps qui se montrait la plus dangereuse par Griezmann et Sissoko, qui butait tour tour sur Günok, auteur de deux superbes parades. Deux chaudes alertes qui refroidissaient les hommes de Senol Günes, dès lors plus fragiles. Car au fil des minutes, les Tricolores imposaient leur rythme et mettaient une forte pression sur la surface du gardien d'Istanbul Basaksehir, nouveau décisif face Sissoko. Une domination de plus en plus nette qui ne se concrétisait pas puisque la Turquie restait solidaire, avec un Demiral monumental, en dépit d'une frappe de Griezmann qui ne passait pas loin du cadre.

Ayhan répond Giroud

Après la pause, l'entrée de Calhanoglu faisait beaucoup de bien son équipe. Le Milanais offrait d'ailleurs un ballon en or Yilmaz, qui ratait la cible l'heure de jeu. Un début de seconde période très enlevé entre deux formations affamées mais imprécises dans le dernier geste. Dans les rangs turcs, Demiral, extraordinaire dans tout ce qu'il entreprenait, repoussait absolument toutes les offensives françaises, au sol comme dans les airs. Mais force de subir, le joueur de la Juventus, qui venait de concéder une main non-sifflée dans la surface, ne pouvait rien faire sur une tête de Giroud, qui s'envolait haut sur un corner de Griezmann (1-0, 77e). Une joie de courte durée pour les champions du monde. Fidèle sa réputation, la Turquie égalisait sur un coup franc parfaitement botté par Calhanoglu, qui trouvait au second poteau la tête d'Ayhan, sans pitié avec Mandanda (1-1, 82e). Revenus de l'enfer, les visiteurs pouvaient compter sur Günok pour repousser une dernière tentative d'Ikoné. La qualification se jouera en novembre !

L'homme du match : Merih Demiral (8,5/10)

Malgré les risques annoncés en raison d'un contexte politique difficile, le match s'est déroulé dans des conditions idéales. Des supporters français et turcs qui ont respecté les deux hymnes, une belle ambiance, un spectacle intéressant sur la pelouse avec une seconde période très enlevée, on ne s'est pas ennuyé.

Le défenseur central turc a livré une prestation extraordinaire. Remonté comme un coucou dès l'hymne, le solide roc de la Juventus a été exceptionnel dans tous les domaines : anticipation, relance, duels. Le point rageur sur toutes ses interventions, notamment trois très importantes devant Griezmann, Coman et Ben Yedder en seconde période, l'ex-joueur de Sassuolo, qui a même eu son maillot déchiré, a sans nul doute livré le meilleur match de sa carrière malgré le but de Giroud sur un corner qu'il concède dans le dernier quart d'heure.

MAXIFOOT.FR

Nous vous recommandons