ELIMINATOIRES DE LA CAN-2022 : Le foot africain mis l'épreuve face la Covid-19

La Covid-19 menace sérieusement le football africain. Avec l'annulation de nombreux matches amicaux ces derniers jours, comme celui du Sénégal contre la Mauritanie, pour cause de cas confirmés de coronavirus, des interrogations sur les prochaines journées des éliminatoires de la Can-2022 se posent.

Quatre mois après la reprise des compétitions, le football est nouveau mis rude épreuve par la Covid-19. Le monde du ballon rond avait réussi, au mois de juin dernier, regagner les stades, en prenant des mesures allant dans le sens de préserver la santé et la sécurité des différents acteurs. Parmi celles-ci, le tenue des matches huis clos, les tests PCR systématiques, la distanciation physique dans les vestiaires et sur les gradins, entre autres.

Mais depuis quelque temps, la pratique de la discipline, surtout sur le continent, est menacée par le nouveau coronavirus. La preuve, plusieurs matches amicaux internationaux ont été annulés cause de cas confirmés de Covid-19. La rencontre Sénégal-Mauritanie, prévue ce 13 octobre 2020 19 h au stade Lat Dior de Thiès, en a fait les frais. Pendant que tout le peuple sénégalais attendait impatiemment de voir les Lions se relever face aux Mourabitounes, après leur lourde chute Rabat contre le Maroc, la mauvaise nouvelle tombe. Aux alentours de 15 h, la Fédération sénégalaise de football (FSF) sort un communiqué pour annoncer l'annulation du match.

"La Fédération sénégalaise de football a le regret d'annoncer l'annulation du match amical international devant opposer le Sénégal la Mauritanie ce 13 octobre Thiès, après concertation entre les deux parties et la Caf. En effet, l'issue des tests Covid-19, conformément aux protocoles sanitaires de la Fifa et de la Caf, huit membres de la délégation de la Fédération mauritanienne de football ont été malheureusement reconnus positifs'', lit-on sur la note.

D'autres rencontres ont été annulées ces derniers jours pour le même motif. C'est le cas de l'affiche Guinée-Gambie, prévue mardi dernier Albufeira, au sud du Portugal. "Avec plusieurs joueurs testés positifs et les cas de blessure, le Syli national a désormais un effectif de moins de 11 joueurs disponibles, dont un seul gardien de but'', a écrit la Fédération guinéenne de football dans un communiqué sur Facebook. Mali-Iran également a subi le même sort lundi dernier. Les Aigles, large vainqueurs (3-0) face au Ghana la semaine dernière, n'ont pas pu affronter la sélection iranienne, ce mardi Antalya (Turquie), en raison de plusieurs cas positifs au coronavirus. Après la découverte de 4 cas positifs la semaine dernière au sein du groupe, la Fédération malienne a annoncé ce lundi que deux nouveaux cas ont été détectés. Le match Angola - Guinée-Bissau, prévu au stade municipal d'?bis, au Portugal, n'a pas pu se tenir. Les Angolais ont préféré ne pas livrer ce match, car les prochains adversaires du Sénégal, pour les 3e et 4e journées des éliminatoires de la Can-2022, n'ont pas présenté le résultat du test de dépistage de Covid-19.

Les compétitions internationales menacées

Ces nombreuses annulations de matches amicaux suscitent déj des interrogations quant la tenue des prochaines compétitions africaines. Le mois prochain (9 au 17 novembre 2020) la Confédération africaine de football a programmé les 3e et 4e journées des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations 2022. Au total, 48 matches vont être disputés en l'espace de neuf jours.

Au vu des derniers événements, faut-il s'inquiéter de la bonne organisation de ces rencontres en cette période particulière de pandémie de Covid-19? Malgré ces désagréments, la plupart des équipes africaines ont pu livrer tous leurs matches de préparation. Les joueurs convoqués, pour la majorité, ont pu avoir l'aval de leurs clubs respectifs et rejoindre leur sélection nationale. A part certains rares cas comme les deux joueurs marocains, Zakaria Labyad et Noussair Mazraoui, retenus par l'Ajax Amsterdam. Et Kalidou Koulibaly qui n'a pas pu effectuer le déplacement, parce que son club Naples a vu ses joueurs mis en quarantaine par les autorités régionales.

De plus, l'Organisation mondiale de la santé indique une baisse du nombre de cas détectés en Afrique par rapport au pic de juillet 2020. Toutes ces considérations tendent, dans l'ensemble, en faveur d'une bonne organisation des prochaines échéances.

Mais il est impossible d'anticiper l'évolution de la pandémie dans un mois. Avec la résurgence des cas de contamination la Covid-19 en Europe, ces pays pourraient renforcer les mesures restrictives, jusqu'aux voyages internationaux. Le Royaume-Uni a déj imposé aux voyageurs en provenance des autres pays d'Europe, dont la France, une mesure de quarantaine. D'ailleurs, la Nouvelle-Zélande a décidé, ce mercredi, de ne pas jouer le match amical contre l'Angleterre, prévu le 12 novembre Wembley, cause des "complications'' dues l'évolution de la pandémie, selon le président de la Fédération néo-zélandaise de football. Andrew Pragnell a mis en avant, pour justifier le refus de sa fédération d'envoyer une équipe en Angleterre, "les restrictions actuellement en place'', ainsi que "le nombre croissant de cas de Covid-19 en Europe''. Et si la tendance baissière en Afrique venait prendre l'orientation opposée, les mesures pourraient être corsées pour les destinations vers le continent. Et dans ce cas, les clubs européens pourraient rechigner laisser partir leurs joueurs.

LOUIS GEORGES DIATTA

Nous vous recommandons

Sport

LDC : Idrissa Gana Guèye dans le groupe parisien

Enqueteplus

Sport

LYON : La Juve suit toujours Aouar

Enqueteplus