REFECTION DU STADE CAROLINE FAYE : Les autorités essaient de recoller les morceaux

Par , publié le .

Sport

 

Le stade Caroline Faye n’est plus que l’ombre de lui-même. Depuis plusieurs mois, cette infrastructure sportive, jadis un joyau à  la disposition de tout le département de Mbour, a commencé une phase de dégradation allant crescendo. Pour sauver ce qui peut l’être, les autorités ont fait confiance à  l’expertise chinoise, pour rénover les parties les plus essentielles du stade.

 

Pour la deuxième fois en quatre ans, le stade Caroline Faye de Mbour va être réfectionné. La première restauration remonte à  2017, année o๠le stade a été totalement remis à  neuf. Rénové grâce à  la coopération chinoise, pour un coà»t global d’un milliard 200 millions de francs CFA, il a été inauguré le dimanche 10 septembre 2017. Ce fut la cristallisation des rêves de toute une jeunesse fatiguée d’affronter le sable du stade municipal et le soleil ardent lors des matchs diurnes. Un joyau composé d’un terrain gazonné synthétique, de vestiaires et d’une piste d’athlétisme de dernière génération, entre autres, permettant la pratique du football et de l’athlétisme par la même occasion.

Toutefois, depuis un certain temps, la population de la capitale de la Petite Côte fait le constat amer d’un état de dégradation avancé de l’infrastructure. En effet, l’Etat de délabrement du stade est très avancé. Sur les 60 lampes des projecteurs qui doivent illuminer le jeu des footballeurs, seulement 5 fonctionnent. Soit moins de 1/10 de la lumière prévue pour permettre aux amoureux du ballon rond de se délecter du talent des jeunes prodiges de la commune.

A cela s’ajoute une pelouse déchiquetée de toute part, des morceaux de tapis synthétique sont recollés comme des patchs sur la pelouse du stade. Ce qui fait d’ailleurs que les équipes de championnats de la ville ne jouent plus leurs matches à  domicile au stade Caroline Faye. Malgré une première tentative de réfection des autorités locales qui ont dépensés plus 3 millions de francs CFA sans succès, ces dernières ont ouvert une autre piste pour trouver une solution à  ce grand problème.

Le 22 décembre 2020, elles ont été accueillies par le ministre des Sports Matar Ba. Lors de cette rencontre, le maire de la commune de Mbour, Fallou Sylla, le président du Stade de Mbour, Ass Wade, qui faisait office de représentant des présidents des clubs de Mbour, et Pape Amar Mbodj, Président de l’Odcav de Mbour, ont entretenu une discussion avec la tutelle sur la question de la réhabilitation du stade Caroline Faye. C’est durant cette audience que Matar Ba a promis une rénovation du stade dont les travaux vont démarrer en début 2021. Il avait, dans ce sens, annoncé qu’une mission d’experts chinois et du ministère des Sports devait se rendre sur les lieux pour faire le point de la situation. 

C’est finalement ce mardi que la mission d’experts chinois a fait le tour du stade, accompagnée du directeur des Infrastructures sportives au ministère des Sports, du maire de la commune, du chef du Service départemental des Sports, de la directrice du stade et du président de l’Odcav de Mbour.

Selon l’édile de la commune, El Hadj Fallou Sylla, cette mission était attendue impatiemment. »˜’Les techniciens du ministère sont là , en l’occurrence le directeur des Infrastructures et les Chinois qui sont prêts à  faire leur devoir le plus rapidement possible. C’est pourquoi aujourd’hui, nous sommes là  pour voir l’état du terrain », explique le maire. Il ajoute : »˜’Nos équipes de 1re division ne jouent plus ici, parce qu’on a dit que le stade n’est pas praticable. Mais j’espère que bientôt, tous les gens vont revenir et ce sera une bonne chose. Nous avons parlé aussi de l’électricité, de la sonorisation et, naturellement, de l’état du gazon. Mais l’un dans l’autre, je pense que comme nous sommes ici sur le terrain, ça va se faire le plus rapidement possible, pour que les compétitions puissent reprendre à  Mbour. »

Pour sa part, le directeur des Infrastructures sportives a renseigné : »˜’Nous sommes venus ici en mission accompagner nos partenaires chinois qui sont là  avec le responsable du projet d’assistance technique à  huit stades dont le stade Caroline Faye de Mbour qui souffre depuis quelques années. Ce qui fait que beaucoup de compétitions ne se tiennent plus dans ce stade ».

l’en croire, »˜’aujourd’hui, cette coopération va nous permettre de réhabiliter l’infrastructure et de la rendre fonctionnelle pour permettre, comme vous le demandez, le retour des équipes de Mbour tout en sachant que Mbour est une ville sportive. Aujourd’hui, il n’est pas question de laisser ce stade dans cet état. C’est pourquoi nous sommes là , et le travail va démarrer bientôt. L’équipe sera tout à  l’heure sur le terrain pour faire le diagnostic nécessaire.

Comme nous l’avons vu lors de la visite, pour l’éclairage il y a des problèmes, au niveau de la pelouse et de la sonorisation. Tous ces problèmes seront repris par l’équipe technique », assure Cheikh Ahmed Tidiane Sarr. Poursuivant, il informe : »˜’Je rappelle que cette mission d’assistance va rester pendant trois ans avec nous au Sénégal. L’objectif, c’est de réparer, de réhabiliter, mais aussi de rester avec nous pour assurer le suivi. A chaque fois qu’il y a problème, ils vont intervenir. Ils vont en profiter pour former tous les préposés à  l’entretien du stade. Notamment ceux qui sont chargés de l’éclairage, de l’entretien de la pelouse, de la plomberie. Tous ces techniciens seront accompagnés pendant trois ans pour une formation. Ce qui permettra d’avoir une viabilité de l’infrastructure ».

De la survie de l’infrastructure

Un certain nombre de facteurs qui ont contribué à  sa dégradation très rapide ont été détectés. Le plus marquant reste la surexploitation de la pelouse. »˜’Dans cette ville, nous n’avons qu’un seul terrain et les activités qui y sont menées sont trop nombreuses. Que ce soit dans le domaine du sport, de la culture ou de la religion, toutes les manifestations se font ici », laisse entendre le maire El Hadj Fallou Sylla. Pour lui, »˜’cette surcharge a rendu complexe la situation. On avait discuté avec la directrice du stade, l’inspecteur départemental du sport. Il était impératif de réfectionner le stade. Dès qu’il sera prêt, nous prendrons de nouvelles dispositions pour sa survie ».   

La question de la rentabilité de cette surexploitation taraude également les Mbourois. La location du stade se fait selon des prix qui dépendent du type d’activité organisée. Le mouvement navétane payait 50 000 F par journée ; même prix pour la Ligue pro, dans le cadre du championnat. Mais selon une source proche de la gestion du stade, une accumulation de dettes a été enregistrée dans ces locations. En plus de ces activités sportives, des concerts sont très souvent organisés sur la pelouse de Caroline Faye. Pour ces shows d’artistes, la location est de 500 000 F CFA. Mais pour les artistes de la ville, une remise leur est consentie et ils payaient 200 000 F CFA. Ces recettes ont permis au stade de fonctionner et de s’acquitter de ses charges ponctuelles comme l’entretien, la construction de toilettes, le désherbage et autres frais, depuis 8 ans, indique notre source.

Selon notre interlocuteur, le stade supporte une masse salariale mensuelle de 900 000 F CFA répartis entre 12 femmes de ménage, six gardiens, un chargé des programmes, une assistante, un chargé de la sécurité, un concierge et quatre administrateurs.  

IDRISSA AMINATA NIANG (MBOUR)

 

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut
Suivez en DIRECT/LIVE Les Manifestations Du Lundi 08 Mars 2021Cliquez-ici