REPRISE DES ACTIVITES SPORTIVES EN SALLE : Les sports de combat attendent le feu vert de la tutelle

REPRISE DES ACTIVITES SPORTIVES EN SALLE : Les sports de combat attendent le feu vert de la tutelle

Enqueteplus Le 2020-06-06  Source

Les dirigeants du taekwondo et de la boxe restent vigilants sur la mise en oeuvre de la reprise de leurs activités suspendues depuis trois mois par le président de la République, pour cause de Covid-19. Ils disent attendre le feu vert du ministre des Sports pour garantir un bon retour dans les salles.

Le gouvernement du Sénégal a acté la réouverture des salles de sport, hier, dans le cadre de l'assouplissement progressivement des mesures restrictives dans la lutte contre la pandémie de Covid-19. Cette nouvelle mesure donne la possibilité aux sports de combat de reprendre leurs activités, après plusieurs mois de suspension. Toutefois, la reprise de ces disciplines sportives (arts martiaux et boxe) reste suspendue l'avis de leur ministère de tutelle. L'annonce a été faite par deux présidents de fédération interrogés après le feu vert de reprise des activités sportives dans les salles de sport par le ministre de l'Intérieur et de la Sécurité publique, Aly Ngouille Ndiaye.

D'après le président de la Fédération sénégalaise de taekwondo et disciplines associées, leurs athlètes sont prêts reprendre les séances d'entrainement et les compétitions. Mais il leur faut, au préalable, l'aval du ministre Matar Ba. "Le ministre des Sports avaient envoyé tous les présidents de fédération un arrêté de suspension des activités. Donc l, l'autorisation de son homologue en charge du département de l'Intérieur n'est pas suffisante. Nous sommes obligés d'attendre la tutelle pour voir comment les différentes disciplines doivent s'adapter pour une reprise. C'est lui de définir les modalités de la reprise avec des mesures d'accompagnement fortes'', explique Balla Dièye. Ces soutiens consisteront, pour le champion d'Afrique, assurer une désinfection quotidienne des salles, installer des lave-mains, doter les clubs de thermo-flashes et de gels hydro-alcooliques. "La mesure préalable que nous attendons, c'est la désinfection des salles fermées depuis trois mois, parce qu'il n'est pas facile de les rouvrir en cette période'', a-t-il ajouté.
Balla Dièye souligne, par ailleurs, que la reprise des entrainements et des compétitions de la Fédération sénégalaise de taekwondo se fera de façon progressive, pour des raisons de sécurité. "Nous travaillons depuis le mois de mars sur un plan stratégique post Covid-19. Ce que nous avons retenu, pour le moment, c'est d'adopter un dispositif sécuritaire permettant aux athlètes de pratiquer leur sport tranquillement. Donc, nous évitons une reprise brutale, car nous avons des enfants que nous devons protéger en raison de leur vulnérabilité''.
Le président de la Fédération sénégalaise de boxe, Thierno Ba, attend aussi le quitus du ministre des Sports pour rendre effectif le retour en salle des boxeurs. "Je crois que la réouverture est bien possible en ce moment, parce que les pays les plus impactés ont levé les interdictions. Nous avons toujours eu l'ambition de reprendre, mais nous n'avons pas voulu être des rebelles'', fait-il savoir. Maintenant que l'Etat du Sénégal a autorisé la pratique du sport en salle, les dirigeants de la boxe attendent la réaction du côté du département des Sports. "J'attends les prochaines directives de la tutelle pour donner des instructions aux présidents de club et responsables de salle''. Pour M. Ba, le respect des mesures barrières sera la première recommandation nécessaire. Il indique qu'il y aura aussi la protection des boxeurs avec la limitation du nombre de personnes dans les salles, le lavage des mains, le port du masque, éviter les contacts et privilégier les travaux d'endurance.
OUMAR BAYO BA

Nous vous recommandons