Notice: Trying to get property 'display_name' of non-object in /var/www/vhosts/sen360.sn/news.sen360.sn/wp-content/plugins/wordpress-seo/src/generators/schema/article.php on line 52

AimJunkies, le fournisseur d’outils de triche pour Destiny 2, affirme avoir été piraté par Bungie

Par , publié le .

Technologie

Face à  Bungie, AimJunkies contre-attaque. L’entreprise affirme que le studio l’a piratée. Elle demande à  la justice de faire en sorte que cela cesse.

Face à  Bungie, AimJunkies contre-attaque. L’entreprise affirme que le studio l’a piratée. Elle demande à  la justice de faire en sorte que cela cesse.

Le développeur du populaire jeu Destiny 2 est actif sur le plan juridique ces derniers temps : le studio a attaqué un utilisateur pour triche et menaces à  l’encontre de ses employés, ainsi qu’un youtubeur qui a lancé près de 100 fausses requêtes de violation du droit d’auteur (DMCA) contre d’autres créateurs. Mais après avoir attaqué en justice le fournisseur d’outils de triche AimJunkies l’année dernière, Bungie doit désormais gérer une contre-attaque.

AimJunkies affirme que le développeur a pénétré illégalement l’ordinateur d’un associé, selon TorrentFreak. De plus, il affirme que Bungie a aussi violé le DMCA en contournant la sécurité de cette machine.

Le Limited Software License Agreement (LSLA) actuel de Bungie confère au logiciel BattleEye de l’entreprise la permission de scanner les ordinateurs à  la recherche d’outils d’anti-triche, mais cela n’était pas vrai en 2019, lorsque le piratage en question aurait eu lieu. Selon le dossier de AimJunkies, Bungie a accédé à  un ordinateur appartenant à  son associé James May plusieurs fois entre 2019 et 2021. Le plaignant va jusqu’à  affirmer que Bungie a utilisé des informations de ces piratages pour rassembler des données sur d’autres suspects potentiels.

Phoenix Digital, l’entreprise derrière AimJunkies, ne s’est pas arrêtée là . Elle clame par ailleurs que Bungie a violé ses Conditions d’utilisation en achetant le logiciel d’AimJunkies pour procéder à  une rétro-ingénierie de son code source. Si tout ceci peut sembler ironique, c’est parce que Bungie avait accusé l’entreprise d’une tactique similaire dans sa plainte originale. James May et Phoenix Digital demandent des dommages et intérêts et veulent que cessent définitivement ces hacks et autres violations du DMCA. Bungie n’a pas encore souhaité s’exprimer sur le sujet.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)