Le navigateur Brave fait un pas de plus vers un web décentralisé

Par , publié le .

Technologie

Le web n’est plus tout jeune et l’on se rend compte depuis quelques années que son infrastructure gagnerait grandement à  être décentralisée. Un chantier titanesque que certains ont déjà  entrepris.

l’heure actuelle, la grande majorité de l’internet est hébergée sur des serveurs dédiés. Cela signifie que, lorsque vous voulez accéder à  un site web, les contenus de ce site sont récupérés depuis ce ou ces serveurs avant d’être affichés sur votre appareil. Aujourd’hui, Brave, un navigateur qui oeuvre beaucoup pour le respect de la vie privée, a décidé de faire un pas supplémentaire vers un web décentralisé.

La dernière mise à  jour en date du navigateur introduit une nouvelle fonctionnalité baptisée InterPlanetary File System (IPFS). L’idée, ici, est que, plus d’héberger les contenus d’un site sur un serveur centralisé, ceux-ci sont désormais décentralisés et hébergés sur de nombreux nÅ“uds, lesquels peuvent être disséminés partout dans le monde. Pour reprendre l’analogie de Motherboard, c’est très similaire à  BitTorrent, des sites comme The Pirate Bay n’hébergent pas les contenus des fichiers torrent mais comptent plutôt sur des groupes d’individus pour aider à  partager les contenus en question.

Le concept même de web décentralisé n’est pas nouveau mais l’intégration de IPFS dans Brave nous fait faire un pas supplémentaire vers cette réalité. Pour celles et ceux qui se demanderaient pourquoi nous aurions grandement besoin d’un web décentralisé, sachez que les avantages sont nombreux. L’un d’entre eux serait de profiter d’une expérience plus rapide. Ce qui est logique puisque le contenu aurait de grandes chances de vous être servi depuis un nÅ“ud proche de chez vous.

Cela permettrait aussi de réduire les coà»ts opérationnels pour les éditeurs qui n’auraient plus besoin de dépenser énormément pour héberger leurs services. Cela viendrait aussi complexifier grandement les éventuelles censures que des gouvernements veulent mettre en place. Comment empêcher un contenu d’apparaître lorsque celui-ci peut être n’importe o๠sur le globe ?

Bien sà»r, il y a aussi des inconvénients à  un tel système. Le manque de serveur centralisé signifie qu’il serait aussi plus difficile pour les autorités de traquer d’éventuels sites et contenus illégaux. Dans tous les cas, celles et ceux qui sont intéressés, et les plus curieux, peuvent tester tout cela dans la dernière version en date du navigateur. télécharger depuis le site officiel de Brave.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)

Défiler vers le haut