Telegram : selon un rapport, les activités criminelles y sont en nette progression

Par , publié le .

Technologie

Explosion de l’activité criminelle sur Telegram, selon une enquête. Très sécurisée, la plate-forme est bien plus facile à  utiliser que le dark web.

Les cybercriminels utilisent Telegram depuis des années parce que la plate-forme est chiffrée et facile d’accès. Selon une récente enquête menée par The Financial Times et le groupe spécialisé Cyberint, il semblerait qu’il y ait eu ces derniers temps «une augmentation de plus de 100 % dans les usages de Telegram par les cybercriminels». The Financial Times explique que l’explosion de cette activité criminelle est survenue après l’arrivée massive d’utilisateurs suite aux changements des conditions d’utilisation initiés par WhatsApp quant à  sa gestion de la vie privée.

Si vous vous souvenez, WhatsApp avait demandé il y a quelques mois à  ses utilisateurs d’accepter une version remaniée de ses conditions d’utilisation lui permettant de partager des données avec sa maison mère, Facebook. Les utilisateurs étaient furieux et WhatsApp avait dà» clarifier la situation, précisant qu’elle restera incapable de lire les communications privées. Mais le mal était fait, les gens ont rapidement migré, massivement, vers des solutions similaires sécurisées, comme Telegram. Cet afflux aura donc, semble-t-il, apporté son lot d’activité criminelle.

Selon les enquêteurs, il y a un énorme réseau de hackers partageant et vendant des données sur des canaux avec plusieurs dizaines de milliers d’abonnées. titre d’information, le nombre d’occurrences des termes «Email:pass» et «Combo» dans l’application sur cette dernière année aurait été multiplié par 4. Certains fichiers contiennent entre 300 et 600 000 associations d’emails et mots de passe pour des services de jeux et email. Les cybercriminels y vendent aussi des informations financières, comme des numéros de cartes de crédit, des copies de passeport et des outils de piratage.

Tal Samra, analyste des cybermenaces chez Cyberint, expliquait : «Son service de messagerie chiffrée est de plus en plus populaire parmi les acteurs de ces menaces qui mènent des activités frauduleuses et vendent des données volées. dans la mesure o๠c’est plus facile à  utiliser que le dark web.» En plus d’être plus facile à  utiliser que le dark web, Telegram est aussi moins surveillé par les autorités, selon Tal Samra.

Telegram a supprimé le canal sur lequel des fichiers volumineux de duos email:mot de passe étaient vendus après que The Financial Times a informé la plate-forme. Dans un communiqué, Telegram déclarait par ailleurs «avoir une politique en place pour la suppression de données personnelles partagées sans consentement» et dispose d’»une force toujours grandissante de modérateurs professionnels», lesquels suppriment environ 10 000 communautés publiques chaque jour pour violation des conditions d’utilisation. Il y a quelques mois, ces modérateurs ont dà» surveiller activement des centaines de canaux pour éviter les appels à  la violence suite aux attaques sur le Capitole.

O commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champ obligatoire (*)